Te casse pas sans moi

Publié le par Nakito

Bonjours les mélomanes sans mélanomes,

 

 

L’autre jour, Joker prenait de son temps et de sa science infinie pour aider les quidams ignorants que nous sommes à décrypter la chanson à texte anglo-saxonne. Cependant, perché tout là-haut dans l’arbre du savoir comme un corbeau qui ne veut pas lâcher son calendos crémeux, il ne se rend pas compte que nous nageons dans l’ignorance avec autant d’aisance que le Petit Gregory dans la Vologne.

Oui, pour beaucoup, la chanson à texte en Français est parfois tellement alambiquée que le wesh-wesh, surnommé Kevin par une mère décérébrée à force de se bouffer les feux de l’amour depuis 25 ans, ne pige que dalle… Et c’est triste car lorsque l’amour lui tombera sur le coin de la gueule, en tout cas ailleurs que dans une cave où une chaude lapine en manque d’œnologie tête le goulot de toute sa bande de potes, il se trouvera fort dépourvu lorsque la bise sera venu.

 

Pour attaquer fort, pour donner à Kevin les outils pour pouvoir rapidement brancher une Versaillaise en tailleur Chanel, carré Hermès, rond de jambe et triangle épilé, nous allons décoder pour lui la chanson romantique ultime, celle qui fait encore pleurer ma grand-mère alors qu’elle est au Père-Lachaise depuis 5 ans… Cette chanson, c’est bien sur « NE ME QUITTES PAS », de Jacques Brel.

 

brel.jpg

 

 

…Non, Kevin, ce n’est pas une brêle, c’est juste son nom. Ok, si tu veux, ses parents c’étaient les Brêles. Enfin, les Brel…Bref…

 

 

Tout d’abord, il faut comprendre que sous ses accents un peu mélancoliques, c’est un morceau fort joyeux sur un jeune couple qui s’amuse du quotidien.

 

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s'oublier…

Là, le narrateur explique à sa dulcinée :

Reste assise à côté de moi, tu vas voir, j’ai pécho des ecsta et de l’herbe qui déchire, on va se faire un cool trip dans le cosmos et on oubliera tout le reste.


Qui s'enfuit déjà
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu…

Je te promets, on ne va pas se disputer à nouveau pour la boulette de shit que tu as faite tomber dans la moquette et qu’on a passé 3 heures à chercher comme des crevards….


A savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi
Le coeur du bonheur…

Là, l’auteur glisse un message subversif : Ces heures qui tuent à coup de pourquoi, ce sont bien sur les heures d’études entre le cours d’anglais et le cours de chimie. Le « héros » propose donc de gober quelques ecsta durant les heures de perm’ pour passer le temps. On voit tout de suite le talent de l’auteur qui arrive à situer le lieu, l’heure et les personnages en quelques phrases.


Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas…

Tentative de comique de répétition, manifestement.

L’auteur utilise une litote car vu que la gonzesses a gobé 3 cachets en 10 minutes, elle est scotché à sa chaise comme Jésus à sa croix.

 


Moi je t'offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas…

Quelle belle métaphore ! « les perles de pluie », c’est juste qu’il va péter dans son bain, ça fera des bulles, ça sera rigolo. Et puis après la bonne grosse perlouze, ça sentira un peu comme le charnier de Timisora sous le soleil de juillet… donc pas de pluie !

Je creuserai la terre
Jusqu'après ma mort
Pour couvrir ton corps
D'or et de lumière…

Très habilement, l’auteur poursuit dans le champ lexical de la nécrophilie. Tout ça pour faire passer le message qu’ensuite, ils pourront aller tirer un p’tit coup dans le cimetière d’à-côté pour se faire un trip Twilight.

Je ferai un domaine
Où l'amour sera roi
Où l'amour sera loi
Où tu seras reine…

… Et comme je t’aime vraiment beaucoup, j’ai organisé un gang-bang dans une boite à partouze et tu seras la reine de la soirée.


Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas…

Encore une magnifique litote !

Surtout qu’après la soirée et être passée sous 28 inconnus, elle ne risque plus de partir en courant, la donzelle, elle est aussi vivace que la biche après la chasse à courre.

… Et puis entre biche et bitch, il n’y a que 2 lettres et la couleur du rimmel qui changent !

 


Ne me quitte pas
Je t'inventerai
Des mots insensés
Que tu comprendras…

Tu vas voir, je vais t’écrire des texto même pas en langage SMS, ça c’est le romantisme ultime. C’est le problème des jeunes, dès qu’ils sont défoncés, ils sont persuadés de parler comme Rimbaud.
Je te parlerai
De ces amants là
Qui ont vu deux fois
Leurs coeurs s'embraser…

Ah, là c’est le problème des cancres, il ne sont pas fort en anatomie. Le cœur n’est pas si bas, sachant que l’auteur aurait pu écrire « je fais te mettre le feu au cul 2 fois de suite, à tel point que ça va sentir le caoutchouc brulé ! »

Je te raconterai
L'histoire de ce roi
Mort de n'avoir pas
Pu te rencontrer..

Tournure poétique pour dire « c’est moi le chef et je vais te prendre en levrette toute la nuit, si tu veux voir un mec dans les yeux, dessine-en un sur l’oreiller »


Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas…

Litote again ! La pauvre Juliette ne peut même plus s’assoir, alors comment croire qu’elle puisse partir ?


On a vu souvent
Rejaillir le feu
D'un ancien volcan
Qu'on croyait trop vieux…

Ce paragraphe est intemporel !

Quand on pense à l‘ « ancien volcan qu’on croyait trop vieux », on pense obligatoirement à…. Giscard d’Estaing ! Or, c’est lui qui a parait-il tellement culbuté Lady Di que ses jambes ne pouvaient plus ensuite toucher à la fois la pédale d’accélérateur et la pédale de frein (d’où quelques conséquences fâcheuses).

L’auteur dit à sa chéri qui va l’aimer comme une princesse et qu’ils vivront d’amour et de luxe. (c’est bôôôôôôôÔÔÔÔ !)


Il est paraît-il
Des terres brûlées
Donnant plus de blé
Qu'un meilleur avril…

… Et si l’auteur n’a pas assez d’argent pour offrir la grande vie à son élue, il trouvera des sous. Soit, ce n’est pas toujours facile à avouer mais on comprend bien qu’il fera le gigolo pour ramasser un peu de thune (donnant plus de blé) auprès de sexagénaires aux muqueuses desséchées (les terres brûlées). Et ce même si là-dessous, ça sent le poisson (d’ avril, CQFD !)


Et quand vient le soir
Pour qu'un ciel flamboie
Le rouge et le noir
Ne s'épousent-ils pas…

Iconographie fort usitée ! Le rouge et le noir, la danseuse de cancan, la jarretelle et la jarretière… Mon amour, si ça ne suffit pas que je fasse le gigolo, et bien tu iras bosser au bordel . Tu vois, c’est simple, l’amour, quand on s’aime.


Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas…

Sous-entendu : …même si je n’ai pas assez de sous pour venir te voir quand tu seras au bordel.


Ne me quitte pas
Je ne vais plus pleurer
Je ne vais plus parler
Je me cacherai là
A te regarder
Danser et sourire
Et à t'écouter
Chanter et puis rire…

C’est l’ultime paragraphe, le paragraphe de l’espoir.

On ne va pas s’apitoyer sur le futur, c’est si simple de devenir riche et célèbre : Il suffit de faire la Star Academy. Allez, tu chantes, tu danses, c’est dans la poche…


Laisse-moi devenir
L'ombre de ton ombre
L'ombre de ta main
L'ombre de ton chien

… Et je t’assure que si tu as du succès, je deviendrai ton imprésario à temps plein, ça va être super ! ( en voix off : et ça m’évitera, pour avoir 20 sacs, de me taper de la vieille avec les lèvres tendres comme du papier de verre monté sur une râpe à fromage.)


Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

… Je n’ai pas le numéro de ta copine….

 

 

Voilà, je vous laisse sur cet air entrainant et ces paroles d’espoir.

Si vous êtes sages, la prochaine fois, nous étudierons un texte novateur et avant-gardiste, à savoir « Mignon, Mignon » de Renée la taupe.

 

 

May the rythm be with you…

 

 

signature nakito

Publié dans Play►

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

muse 09/09/2010 11:25



Tant de compétences qui se perdent! Dommage pour les marmailles...



eva 08/09/2010 23:35



MDR    cé ke té un vrai romantique toi !